Sur-graissage à la trace où pas ?

En savonnerie, le sur-graissage permet de laisser des huiles libres (non saponifiées) dans le but de le rendre le savon le plus doux possible, de traiter et/ou de moins agresser la peau lors de la toilette.

Pour sur-graisser  il y a plusieurs façons de procéder mais cela dépend aussi des huiles et corps gras utilisés; pour un savon doux il faut une grande part d’huiles à fort indice oléique et linoléique ( part des insaponifiables ), de cette façon une  grande part des ces huiles ne seront pas saponifiées. Bien sur, plus on sur-graisse plus c’est doux.

Ça fait plusieurs fois que je discute avec des savonnières de leur manière de procéder, mais aussi, j’ai envie de connaitre votre avis sur ce sujet, car beaucoup pensent que le sur-graissage a la trace ne sert a rien…

Voici les méthodes dont j’ai entendu parlé ou que j’ai pu lire ici et là:

  • 1) préférer baisser le % (escompte de soude) de soude pour saponifier toutes les huiles, et ne faire aucun ajout d’huiles a la trace.
  • 2) faire des ajouts d’huiles pour sur-graisser ses savons a la trace (après l’ajout et le mélange de la solution de soude).
  • 3) une autre méthode consiste aussi a calculer son % d’escompte de soude dans la recette de base du savon, ajouter les huiles fines ou fragiles que l’on ne souhaite pas ou peu saponifier avant l’ajout de soude, (ces huiles ne seront pas comptées dans la recette de base). celle-là je m’y fie moins car on ne sait absolument pas quelles huiles seront où pas saponifiées…

on peut combiner 1 et 2, ce qui en général est la méthode la plus utilisé et permet aussi l’ajout d’une huile dont on ne connait pas l’indice de SAP !

Ex: recette de base (sur-graissage total) escompte à 5% + ajout à la trace de 5% d’une ou de deux huiles = savon sur-graissé à 10%

Je pense que suivant la méthode de savonnerie que l’on utilise, a froid (Cp) , au chaudron, au four (ITMHP) , on peut utiliser le mode de sur-graissage qui convient le mieux.

Quelque méthode que l’on choisisse, le % de sur-graissage idéal est compris entre 5 et 10% selon certains livres ou sites de calcul, ce % varie légèrement.

*Il m’est arrivé récemment de ne pas tenir compte des ajouts qui contiennent eux aussi une part de gras dans mes recettes tel que lait, crème, fruits gras (avocat) … bien qu’il soit difficile de calculer le % de graisse ajouté il faudrait au moins les estimer.  Je me rends bien compte que c’est une grosse erreur de vouloir un % de sur-gras énorme sans y penser ! Les risques de rancissement, d’obtenir un savon a la « stabilité hasardeuse », trop mou ou qui fond trop vite seront plus grand. Je l’ai appris a mes dépends 😦 …

Attention toute fois a ne pas confondre ajouts et sur-graissage !

  • Quand on parle de sur-graissage**, on parle toujours de corps gras tels que huiles, de beurres,( parfois comme dit plus haut* crème fraiche, laits animaux, certains fruits,… mais c’est rare que l’on y fasse référence en ces termes**)
  • Attention, les colorants (huileux ou aqueux), les huiles essentielles, les fragrances, les jus de fruits, ou autres liquides,… ne rentrent pas en compte dans le sur-graissage (ces deux dernier seront soustrait au poids du liquide de dilution de soude, mais c’est un autre sujet ! ).

Et vous, quelles méthodes de sur-graissage préférez-vous?

Publicités

6 commentaires

  1. moi je prefere la premiere! pour ne rajouter que quelques ingredients a la trace! néanmoins dans certains savons, je surgraisse au depart et je rajoute un peu d’huiles « actives pour mon savon » a la trace pour éviter que ces huiles ne perdent trop de propriétés!

  2. Personnellement je préfère calculer ma proportion de soude avec un surgraissage de 0%, puis ajouter après la trace des huiles un peu plus « précieuses » qu’il serait dommage de saponifier… Cela permet de savoir exactement quels acides gras seront actifs dans la savon, et en quelles proportions (je surgraisse en général à 8%)… 😉

  3. J’ai lu tellement de livres, tellement de théories …
    Vu le temps que prend la saponification, je pense – mais je peux me tromper – que la soude ne « choisit » pas les huiles qu’elle va saponifier ou pas (excepté, évidemment, les insaponifiables …).

    Donc, je ne m’occupe pas des huiles à la trace. Je surgraisse normalement à 8 %, sauf les savons au sel, ou certains savons (comme mon savon d’Alep), je calcule en fonction et je mets tout ensemble.

  4. rarement d’huile à la trace à moins qu’elle soit vraiment fragile…je mets que les trucs comme le lait à la trace pour éviter que ca brule ou caille 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s